Le Chaos en poésie – D. H. Lawrence (Chaos in Poetry)

Le Chaos en poésie

D. H. LAWRENCE

ouvrage bilingue
Introduit et traduit de l’anglais par Blandine Longre

Chaos in Poetry
bilingual book

Black Herald Press, novembre 2017
66 pages – 9 € – isbn 978-2-919582-19-8

pour commander l’ouvrage / to order the book:

https://blackheraldpress.wordpress.com/buy-our-titles/

*

*

 

« Mais l’homme ne peut vivre dans le chaos. (…) L’homme doit s’envelopper dans une vision, se bâtir une demeure à la forme, à la stabilité, à la fixité apparentes. Dans sa terreur du chaos, il place d’abord une ombrelle entre lui et l’éternel tourbillon. Puis il peint l’intérieur de cette ombrelle comme un firmament. Ensuite il parade, vit et meurt sous son ombrelle. »

Si D. H. Lawrence (1885-1930) a toujours écrit sur la poésie, Chaos in Poetry, composé en 1928 à la demande de Harry Crosby, cofondateur de la maison d’édition parisienne Black Sun Press, est peut-être l’un des textes les plus importants qu’il ait jamais consacrés au sujet. En exposant ses vues sur la « vraie » poésie et en développant la notion du « chaos vivant » que celle-ci serait censée révéler, Lawrence s’inscrit dans la tradition du poète visionnaire qui dévoile des mondes insoupçonnés, terrifiants – visions éblouissantes du chaos que l’humanité préfère occulter, un chaos cosmique, divin et intime qu’il faut rapprocher des notions d’élan vital et de flux protéiforme, traits essentiels de la créativité lawrencienne que l’on retrouve dans ce texte infiniment poétique.

*

  “But man cannot live in chaos. (…) Man must wrap himself in a vision, make a house of apparent form and stability, fixity. In his terror of chaos he begins by putting up an umbrella between himself and the everlasting whirl. Then he paints the under-side of his umbrella like a firmament. Then he parades around, lives and dies under his umbrella.”

 

If D. H. Lawrence always wrote about poetry, Chaos in Poetry (written in 1928 at the request of Harry Crosby, co-founder of the Parisian publishing house Black Sun Press) is perhaps one of the most important texts he ever devoted to the subject. By explicating his views on ‘true’ poetry and developing the notion of ‘living chaos’ that poetry supposedly reveals, Lawrence is in the tradition of the visionary poet who unveils unexpected and terrifying worlds—dazzling visions that humanity prefers to hide from view, those of a cosmic, divine and intimate chaos close to the ideas of vital impetus and protean flux, essential traits of Lawrence’s creativity which can be found in this infinitely poetical essay.

Advertisements
%d bloggers like this: